Questions fréquemment posées

D’une manière générale le propriétaire doit prendre en charge tous les travaux nécessaires pour garantir la décence du bien immobilier mis en location, ainsi que les travaux les plus coûteux. Le locataire s’occupe lui principalement des travaux d’entretien courant. Les 10 travaux les plus habituels, qui sont à la charge du propriétaire, sont ceux qui concernent : le système de ventilation, les systèmes de chauffage, l’alimentation en eau potable, le changement d’un robinet ou d’un mitigeur, la réparation des canalisations et de la tuyauterie, le remplacement de la chaudière, le détartrage d’un chauffe-eau électrique.

90 cm : c’est la largeur minimum au sol pour se sécher, de la tête aux pieds. 60 cm : c’est la distance à prévoir devant le bidet ou les WC pour un minimum d’aisance. 20 cm : c’est la distance à prévoir de part et d’autre de la porte pour pouvoir ouvrir et fermer sans abîmer les meubles ni gêner le passage.

Selon les normes européennes, la hauteur standard d’un lavabo suspendu est de 83 cm environ, à mesurer entre le sol et la bonde. La hauteur idéale d’un meuble vasque avec lavabo intégré ou vasque à poser est située entre 85 et 87 cm.

En cas de fuite d’eau importante, il faut immédiatement couper l’arrivée d’eau de votre logement. Une fois la valve d’eau fermée, l’écoulement s’arrêtera. Ensuite, faites appel à un professionnel pour réparer la fuite au plus vite. Avec Soch, un plombier qualifié peut intervenir en moins de deux heures. En parallèle, si vous êtes locataire, ne manquez pas d’avertir le propriétaire du logement. Cela facilitera les futures discussions pour déterminer qui doit régler la facture.

La prise en charge de la réparation d’une fuite d’eau dépend de la cause de la fuite. Dans un logement loué, c’est le locataire qui est responsable du petit entretien courant. Le propriétaire, quant à lui, doit fournir un logement décent avec des équipement en bon état de fonctionnement. Ainsi, si la fuite est causée par un défaut d’entretien (par exemple, le non remplacement de joints ou l’accumulation de calcaire), c’est le locataire qui devra payer la réparation de la fuite d’eau. Il en est de même si le problème est dû à une mauvaise utilisation de l’installation. En revanche, si l’incident provient dans le cadre d’une utilisation normale, elle peut simplement être due au vieillissement de l’installation. Dans ce cas, c’est le propriétaire qui doit prendre en charge la réparation.

Si vous suspectez une fuite d’eau dans votre logement, il faut investiguer pour trouver la source de la fuite. Fermez la valve d’arrivée d’eau générale. Si votre compteur d’eau continue à tourner, il y a bien une fuite d’eau après le compteur. Bien sûr, ce test doit être fait sur une période plus ou moins longue en fonction de la taille de la fuite. Commencez par vérifier tous vos robinets et les tuyaux apparents. Un sifflement inhabituel peut vous signaler la localisation de la fuite d’eau. Dans les WC, ajouter un colorant dans l’eau du réservoir. Si au bout de quelques minutes le colorant se retrouve dans la cuvette, c’est que l’obturateur fuit. Si votre recherche de fuite d’eau est infructueuse, contactez un professionnel qui pourra faire un examen plus poussé à l’aide d’un détecteur de fuite d’eau.

le robinet roai est un organe de coupure obligatoire, ne pas accepter la pose des organes de coupures reglementaires peut exposer le client à une coupure de gaz par le fournisseur de gaz sur le rapport du chauffagiste agréé PG en signifiant qu’il y a un danger potentiel possible pour le client et sa famille et le voisinage proche s’il est existant

En réalité, un robinet de gaz ROAI, n’a pas réellement de durée de vie légale.
Afin de le garder en bonne état de fonctionnement ( notamment afin d’eviter Les fuites, ce qui le condamnerait à être remplacé), il est conseillé de le nettoyer à l’eau et savon de temps en temps et toujours veiller à ce qu’il ne soit pas mal mené.
En dehors de ces points, un robinet ROAI peut tout à fait être utiliser durant de très nombreuses années.

Le radiateur chaleur douce à inertie est le plus économique. Il est en effet capable de restituer la chaleur stockée dans son corps de chauffe, même éteint.

Les radiateurs à inertie et les panneaux rayonnants sont les plus performants. D’autant plus lorsqu’ils sont équipés de fonctionnalités intelligentes et pilotables à distance.

Les indices qui peuvent vous font penser que votre installation de canalisation est obtruée sont : l’évacuation lente, Les remontées d’odeurs, l’eau qui stagne, des remontées d’eaux usées, une canalisation bouchée par le calcaire, une canalisation bouchée par un objet ou des objets, une canalisation bouchée par des racines d’arbres, l’accumulation des cheveux…

Suite à un problème de canalisation bouchée vous devez agir rapidement et appeler un plombier pour résoudre le problème avant que la situation s’aggrave. En effet, le plombier déboucheur dispose de tous les outils et savoirs nécessaires à la bonne opération de débouchage et/ou hydrocurage.

Les bouchons proviennent généralement d’une agglomération de matières comme les cheveux, des restes de nourritures, des petits objets de la vie courante (coton-tige, coton…). Le tout se mélange à du gras, du savon et finit par boucher vos tuyaux. Pour éviter cela, des solutions simples existent.

Tout d’abord, vous pouvez poser, sur la bonde, des petits paniers qui retiendront les déchets. Il suffit ensuite de les vider régulièrement.

Sinon, nettoyer régulièrement les cheveux et autres matières qui s’accumulent à l’intérieur de la bonde et utiliser un nettoyant pour les canalisations restent les méthodes les plus efficaces.

De temps en temps, vous pouvez également nettoyer le siphon de votre évier, en particulier si vous remarquez que l’écoulement de l’eau se fait plus lentement.

Enfin, pour éviter l’accumulation des graisses et la formation de bouchons, vos canalisations doivent avoir une pente de un à deux centimètres par mètre et ne jamais être à l’horizontale.

Un chauffe-eau consomme beaucoup d’énergie : environ 15 % à 20 % de l’énergie d’une maison. Pourtant, il est possible de réduire sa facture d’électricité facilement et sans sacrifier son confort.

L’avantage du chauffe-eau est que l’on peut régler sa température : on peut donc choisir à quelle température on veut faire chauffer l’eau. Pour les modèles à gaz, on peut baisser la température jusqu’à 49 °C ou se mettre en position « médium » ; une température inférieure favoriserait la prolifération de bactéries comme la légionellose. Pour les chauffe-eau électriques, la température minimale doit être de 60 °C.

Par ailleurs, en isolant votre chauffe-eau avec des couvertures isolantes, vous diminuerez sensiblement ses pertes de chaleur. Ainsi, votre chauffe-eau ne se remettra pas en marche quand la température de l’eau aura diminué. Le prix d’une couverture isolante coûte une cinquantaine d’euros, mais varie en fonction de sa taille.

Il faut aussi régulièrement faire entretenir votre chauffe-eau pour contrôler le dépôt de tartre : en effet, le tartre qui se dépose sur les résistances électriques rallonge le temps de chauffage de l’eau et utilise donc plus d’électricité. Il faut également vidanger votre chauffe-eau tous les 2 ans ou 3 ans.

De plus, pour diminuer sensiblement votre facture d’électricité, vous pouvez souscrire un abonnement EDF « heures creuses ». Ces heures creuses sont des plages horaires de 8 h, variables selon les régions. Si vous souscrivez ce type de contrat, il faudra équiper votre chauffe-eau d’un contacteur jour/nuit pour permettre les passages des heures pleines aux heures creuses.

Le ballon-tampon (ou ballon de stockage) est un réservoir placé entre la PAC et le système de chauffage et qui permet de stocker l’eau chaude pour réduire le nombre de démarrages de la PAC. Il existe des technologies qui permettent de faire fonctionner une pompe à chaleur sans ballon-tampon. En revanche, cet équipement s’impose lorsque votre PAC fonctionne avec des radiateurs, est mixte (par exemple, des planchers chauffants et des radiateurs), ou est couplée à une relève de chaudière qui, lorsque les températures extérieures baissent, vient épauler votre PAC. C’est également le cas lorsque la PAC est couplée à un plancher chauffant avec une régulation pièce par pièce, gérée par des thermostats agissant sur des servomoteurs (moteur à courant continu capable d’atteindre des valeurs présélectionnées et de les maintenir) ou des électrovannes (dispositif qui permet d’autoriser ou d’interrompre la circulation d’un fluide ou d’un gaz dans
un circuit).
Ces deux systèmes ont pour fonction de diminuer le débit, voire de l’arrêter. Un plancher chauffant dont la régulation se fait manuellement peut cependant se passer d’un ballon-tampon.

Garder son chauffeeau en bon état de fonctionnement, c’est l’assurance d’un bon usage de votre appareil et d’économies sur votre facture d’énergie. Un chauffe-eau demande peu d’entretien, mais il convient de savoir faire sa vidange et son détartrage. L’entretien annuel par un chauffagiste n’est pas obligatoire pour un chauffe eau électrique, cependant, c’est le cas pour un chauffe-eau à gaz.

Actuellement, le solaire et le chauffe-eau thermodynamique bénéficient d’un dégrèvement d’impôts, et ce sont les équipements les moins énergivores. Néanmoins, Il existe des chauffe-eau instantanés compatibles avec le solaire et qui prennent le relais dès que l’eau n’est plus assez chaude. enfin, pour un petit budget ou un remplacement, je conseille de l’électrique. Et pour du neuf ou une rénovation, il est préférable d’opter pour un chauffeeau solaire ou thermodynamique.

Il est généralement nécessaire de faire changer son groupe de sécurité à peu près tous les 5 ans. À chaque remplacement, profitez-en pour faire purger totalement votre ballon d’eau chaude afin d’en évacuer le tartre accumulé.

Du fait qu’il joue un rôle important dans la sécurité de votre installation de ballon d’eau chaude, le groupe doit être entretenu régulièrement. Une purge par mois est largement suffisante, mais il ne faut surtout pas hésiter à le faire changer par un professionnel dès qu’il coule régulièrement.

Hormis le fait qu’il y a de petits écoulements inhérents à son fonctionnement, lorsque ceux-ci deviennent trop fréquents cela signifie qu’il y a une défaillance et que la soupape de sécurité peut avoir un problème. Cela se met à couler quand cette dernière a un trop-plein d’eau. Elle se met alors à évacuer l’eau et à dépressuriser le cumulus. La défaillance peut venir de la température, du ballon, de l’installation de plomberie ou de la soupape elle-même. Il est impératif de contacter un professionnel pour vous assurer du bon fonctionnement de votre installation.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.